Kélé Kélé

de Tom Jallet et Isabelle Bianchi
dès 4ans – Durée 30mn

L’HISTOIRE

Kélé Kélé est l’histoire d’une petite fille curieuse de découvrir différents langages. Louise découvre la vie dans les sons qui l’entourent. Elle se surprend elle-même à aimer écouter les gens dans leur langue, leur dialecte, elle aime les comprendre. Elle imagine des étoiles de toutes les couleurs, avec chacune un langage différent qui sonne comme des chansons d’espoir. Elle s’épanouit grâce à ses amis Elias et Yousra.

« Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, cela va à sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, cela lui va droit au cœur. » Nelson Mandela

C’est l’histoire d’une grande amitié faite de différences, différences de langages, différences culturelles.
Kélé Kélé est un spectacle qui parle d’enfants où plusieurs langues côtoient la variété du langage musical  et le langage du corps à travers la gestuelle de comptines issues de plusieurs pays.

L’équipe

Tom Jallet, Isabelle Bianchi, Robert Bianchi, Philippe Jallet, Emmanuel Brouallier, Nathalie Piligian.

LA SCÉNOGRAPHIE

Le travail de scénographie laisse libre part à  l’imagination de l’enfant : l’arbre se transforme, il devient vent, monde ou visage.
Il évoque les racines et le déracinement.
Une moitié de terre comme toile de fond : une grande île de partage où des gens de cultures différentes se retrouvent. Une terre appartenant à tous et où tout le monde circule, plus ou moins librement et facilement.

THÉMATIQUE DU SPECTACLE

A la découverte des différences culturelles au travers de comptines du monde…

Dessins d’élèves de l’école maternelle de Beaulieu (St-Etienne), après une représentation de Kélé Kélé

Kélé Kélé est un spectacle autour des richesses de divers langages. L’histoire d’enfants aux cultures et aux habitudes très différentes, permet d’aborder le problème très actuel de la migration des peuples.
Nous souhaitons permettre à l’enfant de comprendre au lieu de redouter ce qu’il ne connaît pas et d’en tirer bénéfice pour avancer et se construire.
La langue parlée, lorsqu’elle est « étrangère » contribue en bonne part à susciter la méfiance, voire à provoquer le rejet.
Le préjugé est très facilement présent envers « ceux qui ne parlent pas comme nous ». Pourtant ces mêmes personnes sont souvent aptes à parler couramment 2, voire 3 langues…
Outre la langue elle-même, la façon de s’exprimer est souvent fortement marquée par la culture du pays d’origine.
L’utilisation de l’italien, de l’espagnol et de l’arménien ramène à des migrations qui ont fait peur elles aussi, avant d’être acceptées comme richesses culturelles.
La chanson est un véhicule « confortable » pour la langue : elle permet à chacun de réussir à en prononcer et retenir certains mots sans obligatoirement en comprendre le sens.
Quel que soit le lieu où l’on vit, le pays d’où l’on vient, l’ethnie à laquelle on appartient, les berceuses et les comptines marquent l’enfance, demeurent dans les mémoires. Souvent les contenus se ressemblent : mots pour jouer, pour apaiser… Mais ils peuvent aussi témoigner, raconter la vie des enfants, leurs craintes, leurs joies et leurs détresses.
Quelle richesse que cette vieille tradition orale transmise par l’entourage de l’enfant. Il écoute, mime et chante, devient sensible au rythme, à la saveur de la langue, à la poésie et l’humour de la culture. Il prend plaisir à communiquer, dire et redire, comprendre et mémoriser.
C’est une ouverture vers d’autres langues, d’autres cultures, par un lent processus d’imprégnation. Les jeunes enfants ont une grande aptitude à imiter et assimiler les diverses intonations.
À partir de jeux corporels et verbaux, spontanés, fondés sur un climat de complicité, la porte vers une sensibilisation aux langues et cultures étrangères s’ouvre en grand.

Quelques comptines du spectacle :
Les comptines cousines ont des correspondances gestuelles et thématiques.

Italien
Questo è l’occhio bello, Questo è suo fratello,

Questa è la chiesina, Questo è il campanello, Drin, drin, drin
Celui-ci est l’oeil joli, celui-ci est son frère,
Celle-ci est la petite église, celui-ci est son clocher
Espagnol
Una casita muy redondita,

Con dos ventanitas y una puertita,Y el timbre ¡ riiin !
Une petite maison toute ronde,
Avec deux petites fenêtres et une petite porte, et la sonnette
Français
Mon toit, mon grenier,mes deux fenêtres,

Mes deux gouttières, mon grand four, Et mon tambour, Boum, boum

Arménien
Kélé, kélé, kelkit mérnem, Ko kovagan khélkit mérnem

Siravor Louise, Viravor Louise, Louise, Sévavor Louise, Louise djan
Kélé, kélé, soyit mérnem, Ko tchinari boyit mérnem
Siravor Louise, Viravor Louise, Louise, Sévavor Louise, Louise djan
Français
Marche, marche, ta démarche est gracieuse, tes pensées sont douces
Louise aimée, Louise blessée, Louise, Brune Louise, belle Louise
Marche, marche, ton allure est gracieuse, Tu es stable tel un arbre
Louise aimée, Louise blessée, Louise, Brune Louise, belle Louise

Arménien
Yérguinken ambél é Intch anouch ton é
Kam ternén antsném Hokyags hon é
Yérguinken ambél é Intch anouch yérag
Serdis métch letsvav Mi pour guerag
Français
Oh, douce beauté, que les nuages du ciel

Vers lesquels je veux m’envoler, et parvenir là où mon âme réside
Nuages du ciel, quel doux espace célesteDans mon cœur où brule un feu ardent.

Français
Tiens voilà main droite, Tiens voilà main gauche

Tiens, voilà main droite main gauche tiens voilà les deux
Tiens voilà pied droit, Tiens voilà pied gauche
Tiens, voilà pied droit, pied gauche tiens voilà les deux
Tiens voilà pouce droit, Tiens voilà pouce gauche
Tiens, voilà pouce droit, pouce gauche tiens voilà les deux
Tiens voilà fesse droite, Tiens voilà fesse gauche
Tiens, voilà fesse droite fesse gauche tiens voilà les deux

Italien
La mia nonna l’è vecchierella, La mi fa Ciao, la mi fa Ciao, la mi fa Ciao, ciao, ciao,

La mi manda alla fontanella, prender l’acqua per cucinar
Fontanella non voglio andare, Ti dico ciao, ti dico ciao, ti dico ciao ciao ciao
Fontanella non voglio andare, prender l’acqua per cucinar
Ma grand-mère est très vieille, Elle me fait coucou
Elle m’envoie à la fontaine chercher de l’eau pour cuisiner
Je ne veux pas aller à la fontaine, Je lui fais coucou
Je ne veux pas aller à la fontaine chercher de l’eau pour cuisiner

AVANT ET APRÈS LE SPECTACLE

Nous proposons un travail en lien avec les écoles, maternelles et primaires, ou autres.
Nous pouvons intervenir à propos des comptines, du décor, des marionnettes, des instruments utilisés et sur leurs évolutions musicales propres aux différents pays.
Nous avons constaté qu’une discussion à la fin du spectacle est toujours riche de réflexions très pertinentes des enfants.
Notre objectif est d’aller vers l’enfant, que ce soit dans un milieu scolaire ou dans des salles de spectacles et de nous adapter à toutes demandes.

Le Théâtre de la Tarlatane a plusieurs créations jeune public à son actif, « Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu » de Philippe Dorin, « Doudou, bougies et compagnies » et « Chemin de la grabouille », ainsi que de nombreux spectacles tout public et présentés en scolaire (collégiens et/ou primaires).

Nous nous soucions de mener des actions sur le terrain, en parallèle ou en accompagnement du travail de création, pour sans cesse nous ressourcer (ateliers, interventions ponctuelles, lectures…). Dans cette même intention, nous aimons rencontrer les élèves avant et après les représentations.

Photos : Damien Schulteiss
Conception graphique affiche :  JALOU STUDIO